Le pacifisme chrétien de Tolstoï

Si les écrits littéraires de Léon Tolstoï sont largement reconnus et célébrés, ses essais ultérieurs font moins souvent l’objet d’attention Il s’agit en majorité de textes religieux, écrits à la suite d’une crise existentielle et spirituelle ayant abouti à la conversion de Tolstoï au christianisme. Loin d’être pour autant un simple retour à l’orthodoxie chrétienne, cette conversion amène l’écrivain à développer une philosophie riche et complexe, qu’on peut qualifier de pacifisme radical et qui est, à certains égards, une forme d’anarchisme. En plus de condamner sévèrement les institutions étatiques et religieuses, l’interprétation qu’offre Tolstoï du christianisme l’amène à rejeter la thèse de la résurrection de Jésus, celle de la Trinité, et à vrai dire, la plupart des dogmes de l’Église, ce qui lui vaudra d’être excommunié par l’Église orthodoxe de Russie avant sa mort. La pierre angulaire du tolstoïsme est la doctrine de non-résistance au mal par la force, fondée sur une lecture de l’Évangile. Tolstoï présente cette thèse en 1884 dans son texte Quelle est ma foi, une autobiographie spirituelle et intellectuelle, et continue de la développer dans Le Royaume des Cieux est en vous au début des années 1890. Ainsi, Tolstoï bâtit un édifice pacifiste sur des fondations chrétiennes. Nous proposons d’explorer les articulations théologiques et philosophiques de cette doctrine de la non-résistance telle qu’exposée dans ces deux titres. D’abord, nous verrons en quoi le pacifisme de Tolstoï est une théologie chrétienne. Ensuite, nous verrons dans quelle conception de la vie humaine elle s’inscrit. Enfin, nous verrons comment l’application de la non-résistance doit permettre l’avènement du « Royaume de Dieu », tel que compris par l’écrivain.